AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 [Vigie] Raffaele Di Duca.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

Invité



MessageSujet: [Vigie] Raffaele Di Duca.   Jeu 5 Déc - 1:42



▼Di Duca Raffaele▼
I was born very far from here

Quelques détails sur Raffaele...

- Parmi les héros de Marvel, Raffaele a une nette préférence pour Captain America de par ses aptitudes de soldat, son patriotisme, son courage et son vécu ;
- Rêve d'avoir un Raging Bull Taurus 44. Magnum flambant neuf ;
- A toujours privilégié les révolvers aux armes à feu plus « modernes » ;
- Des quelques onze oeuvres d'Aristophane, « Les Nuées » est sa préférée, en particulier l'agôn ainsi que la chute de la pièce qu'il résume par « Au feu, tout brûle, même les problèmes » ;
- A un goût prononcé pour la lecture et la fantaisie, surtout quand les deux sont associés ;
- Soupe au lait ? Mais non, juste un peu... beaucoup ;
- L'habitude des planques et du surmenage l'ont rendu aussi casanier qu'il pourrait passer une nuit entière à attendre à bord d'une voiture, mais n'escomptez pas le garder en retrait, qui plus est quand l'action pointe le bout de son nez ;
- Est affublé d'une mémoire eidétique et d'un sens de l'observation acéré, ce qui en fait autant un enquêteur redoutable qu'aucun détail qui l'entoure ne lui échappe, quelque soit l'heure de la journée, même en plein déjeuner ;
- A tendance à surprotéger son entourage, surtout quand le ou la concerné(e) cherche à le repousser, ce qu'il traduit logiquement par la présence d'un problème quelconque à dissimuler ;
- A un excellent esprit d'équipe et un goût prononcé pour « l'imper » sombre, surtout lorsqu'il l'accompagne de son écharpe grise foncée fétiche. Allez savoir pourquoi ;
- Fumeur de cigares invétéré, cubains de préférence, sa marque fétiche est « Por Larrañaga » ;
- Amateur d'opéra par extension, son esprit est emporté par le chant d'Ave Maria. Il aime également la country, le rock et certaines comédies musicales, parmi ses favoris « Country Boy » d'Alan Jackson et « Avoir une fille » de la comédie musicale française Roméo et Juliette.
- A perdu sa fille unique lors d'une sordide affaire qui l'a confronté à un tueur en série. Il sera renvoyé par la police après s'être vengé. De là, il développera une dépendance à l'alcool jointe à sa dépression qui le poursuivra depuis.

Theme songs











▼Sous la Surface▼
I had a dream about you


Raffaele Di Duca est né en 1972, le 17 Avril Rome, Italie . Il  est rentré dans l’Ordre des Vigies en 2012 (juste avant l'infection) . Il est donc Novice. Sa maison mère est celle de Venise. Il vit dans le quartier de San Polo.


« Le père est un miroir dans lequel la petite fille puis l'adolescente, peut discerner les prémices de la femme qu'elle deviendra. »
- Geneviève Bersihand

Le silence était pesant, tout comme cet air lourd et difficile qui parcourait Venise à cette époque, voilé d'une nuit noire que seules les lumières de la ville parvenaient à percer.

Raffaele était assis sur un fauteuil bien trop vieux, près de la fenêtre de la chambre qu'il avait prise à l'hôtel, vêtu d'une chemise blanche et de son pantalon habillé, chaussures noires salies par de la boue quelconque. Il observait le canal qui s'étendait de part et d'autres, le regard vide, dont la couleur vert de ses yeux était comme éteinte, ses cheveux gras par l'absence d'hygiène et l'esprit perdu dans de sourdes pensées sans importance. Il avait passé la journée là, en compagnie de cadavres de bouteilles de rhum dont un verre à moitié entamé à la main. Seul avec lui-même, hibernant, adossé sur la même chaise, au même endroit, assis, simplement.
Une jeune femme vint poser ses mains sur ses épaules avec douceur, un visage angélique qui rappelait beaucoup l'homme, tout comme sa chevelure châtain claire, la peau blanche et nette marquée par un regard enjôleur, une robe blanche soyeuse et magnifique la couvrant avec douceur.

- Salut papa.

Raffaele releva légèrement la tête, sans perdre de vue le point qu'il fixait.

- Salut...

Elle vint près de lui, le détaillant tête penchée, la voix aussi agréable que son sourire jointe par une main légère posée sur la joue de l'homme, qu'elle caressa doucement en passant volontiers sur sa barbe.

- A ce que je vois tu rumines. Tu as toujours été un peu grincheux, ça fait partie des choses que j'aimais chez toi.

L'homme cligna lentement des yeux, immobile, avant de répliquer avec plus de lenteur encore.

- Il y a pas mal de choses que tu semblais aimer chez moi, ou détestais. Ruminer... n'est pas forcément le plus flatteur.

Elle sourit davantage et vint se mettre à genoux devant lui, les bras croisés sur les jambes de l'homme sur lesquels elle posa son menton, le regard toujours plus intense se faisant affectueux.

- Comme tu l'as toujours dit, le contraire de l'amour, c'est l'indifférence. Alors te détester, c'est plutôt flatteur tu ne penses pas ?

- J'imagine...

Elle marqua un temps, observant sans lassitude de ses yeux pareillement verts l'homme qui semblait figé dans sa position assise, et dont quelques mèches de sa chevelure venaient voiler son regard vide.

- Raconte-moi une histoire.

Raffaele rejoint son regard et s'accorda un instant de réflexion, avant de conter d'une voix machinale et défaite de toute passion.

- Il faisait terriblement froid à cette époque et neigeait depuis le matin. Il commençait à faire sombre, annonçant le soir qui arrivait, le soir du dernier jour de l'année. Au milieu des rafales, par ce froid de glace, une pauvre petite fille marchait dans la rue. Elle n'avait rien pour couvrir son visage et se trouvait pieds nus, ses petites oreilles fragiles se gelant. Lorsqu'elle était sortie de chez elle au matin, elle avait eu de vieilles pantoufles beaucoup trop grandes pour elle. Aussi les perdit-elle lorsqu'elle eut à se sauver devant une compagnie de cavaliers au galop. Les cavaliers passés, elle chercha après ses chaussures. Un gamin s'enfuyait, emportant en riant l'une des pantoufles, l'autre avait été entièrement écrasée.
Voilà la malheureuse enfant n'ayant plus rien pour abriter ses pauvres petits pieds fragiles. Dans son vieux tablier, elle portait des allumettes, en tenait à la main un paquet. Mais, ce jour, la veille de la nouvelle année, tout le monde était affairé, par cet affreux temps, et personne ne s'arrêtait pour considérer l'air suppliant de la petite qui faisait peine à voir. La journée finissait, et elle n'avait pas encore vendu un seul paquet d'allumettes. Tremblante de froid et de faim, elle se traînait de rue en rue.

Des flocons de neige couvraient sa longue chevelure châtain, qui elle-même cachait ses petits yeux bleus tristes. De toutes les fenêtres brillaient des lumières, de presque toutes les maisons sortait une délicieuse odeur, celle de l'oie que l'on rôtissait pour le festin du soir, c'était le soir de noël. Cela lui faisait arrêter ses pas errants.
Enfin, après avoir une dernière fois offert en vain son paquet d'allumettes, l'enfant aperçut une encoignure entre deux maisons, dont l'une dépassait un peu l'autre. Harassée, elle s'y assit et s'y blottit, tirant à elle ses petits pieds fragiles... mais elle grelottait et frissonnait encore plus qu'avant et cependant elle n'osait retourner chez elle. Elle n'y rapporterait pas la plus petite monnaie, et son père la battrait. L'enfant avait ses petites menottes toutes transies. « Si je prenais une allumette, se dit-elle, une seule pour réchauffer mes doigts ? » C'est ce qu'elle fit. Quelle flamme merveilleuse c'était.


L'homme finit sa phrase avec plus de lenteur, une lueur de tendresse passant dans ses yeux pourtant vides d'expression. Sa fille elle ne cessait de le fixer, captivée par l'histoire, répondant d'un petit sourire alors qu'il reprenait.

- Il sembla tout à coup à la petite fille qu'elle se trouvait devant un grand poêle en fonte, décoré d'ornements en cuivre. La petite allait étendre ses pieds pour les réchauffer, lorsque la petite flamme s'éteignit brusquement, le poêle disparu. Et l'enfant restait là, tenant en main un morceau de bois à moitié brûlé.
Elle frotta une seconde allumette, la lueur se projetait sur la muraille qui devint transparente. Derrière, la table était mise. Elle était couverte d'une belle nappe blanche, sur laquelle brillait une superbe vaisselle de porcelaine. Au milieu, s'étalait une magnifique oie rôtie, entourée de compote de pommes. Et voilà que la bête se mit en mouvement, avec un couteau et une fourchette fixés dans sa poitrine, vint se présenter devant la pauvre petite. Et puis plus rien, la flamme s'éteignit.

L'enfant prit une troisième allumette, et elle se vit transportée près d'un arbre décoré du voile d'hiver, splendide. Sur ses branches vertes, brillaient mille bougies de couleurs. De tous côtés, pendait une foule de merveilles. La petite étendit la main pour saisir la moins belle, l'allumette s'éteint. L'arbre semblait monter vers le ciel et ses bougies devenir des étoiles. Une se détacha et redescendit vers cette terre, laissant une trainée de feu.
« Voilà quelqu'un qui va mourir » se dit la petite. Sa vieille grand-mère, le seul être qui l'avait aimée et chérie, et qui était morte il n'y a pas longtemps, lui avait dit que lorsqu'on voit une étoile qui file, d'un autre côté une âme monte vers le ciel. Elle frotta encore une allumette, une grande clarté se répandit et, devant l'enfant, se tenait la vieille grand-mère.
Douce image pour quelqu'un à qui au final, il ne restait que le rêve et l'illusion, pour ne pas pleurer.


La jeune femme laissa glisser ses doigts sur la joue de son père, jusque ses lèvres avec amour.

- Toi, tu as toujours su assumer la réalité, savoir exactement où tu es.

- C'est ce qui me caractérise...

Ils échangèrent un regard devenu complice, retournant un moment dans le silence, avant que la voix de son enfant ne brise à nouveau ce silence de cette même douceur infinie.

- Esquisse pour moi un sourire en coin, comme quand tu sors de ces murs.

- Je ne peux pas...

- Parce que ce serait mentir ? Reprit-elle en posant sa main sur la sienne, l'air désolée.

- ... Oui. Un mensonge, comme tout le reste.

- Pourquoi dis-tu ça ?

Elle fronça les sourcils, sans comprendre, alors que l'homme n'abordait aucune réaction, aucun sentiment visible, rien que le vide.

- Parce que c'est notre réalité, parce que tu étais toute seule et que je n'ai pas su te protéger... parce que je t'ai tuée.

- Tu as fait tout ce que tu pouvais, tu ne savais pas... ce n'était pas ta faute.

Sa main glissa jusque son torse, sur son coeur, auquel elle porta un regard avant de le fixer à nouveau, comme cherchant à le convaincre d'un sourire triste, à la vue de la larme qui coulait sur la joue de son père.

- Ça n'a pas suffit... si j'avais fait ce qu'il fallait à temps...

- Ne dis pas de bêtises, tu n'aurais pas pu deviner. Je vis toujours, dans ton coeur, et dans ton âme. Et puis, tu as toujours eu tendance à dramatiser quand ça te touchait personnellement. Répliqua-t-elle avec une certaine mélancolie.

- Ça aussi, ça me caractérise.

- Pourquoi me pleures-tu alors ? Je me sens bien à présent.

- Il y a bien des gens que je pleure chaque jour, toi plus que d'autres, parce que tu étais ma fille, la seule chose de bien que je n'ai jamais faite... la seule, et que je n'ai pas su sauver d'avantage que le reste.

Elle regarda ses pieds un instant, puis sourit doucement en se relevant.

- Un jour viendra où tu me rejoindras, en attendant, cesse de pleurer, tu es bien plus beau quand tu souris. Un jour papa, mais pas encore, pas encore... Je t'aime.

Raffaele se réveilla dans un léger sursaut, reprenant ses esprits. Il était toujours assis au même endroit, le même verre à la main, et pourtant rien n'était pareil, il n'avait que ce goût amer à la bouche et comme sensation immédiate les courbatures de son dos. Elle, n'était plus là.

- J'ai pensé que tu avais définitivement cessé de bouger, je commençais à me demander quoi faire de ton corps.

La voix d'une jeune femme s'était élevée à nouveau, mais celle-ci froide et sèche, faisant écho dans l'air. Elle se tenait au fond de la pièce derrière lui, face au miroir fixé au-dessus de la commode où elle s'observait en détails, longuement, la peau d'une extrême pâleur.

- Et qu'avez-vous décidé ? Répondit Raffaele en se massant brièvement les yeux, l'air aussi las que sa voix détachée.

- Aucune solution intéressante ne m'est venue à l'esprit. Tu as bu beaucoup de ce jus empoisonné, assis des heures durant et faisant d'étranges bruits avec ton nez.

- Je dormais, espèce d'idiote.

Il porta son verre à ses lèvres et le termina d'une traite, les yeux de la femme s'étant soudainement portés à lui.

- C'est un concept, reprit l'homme dans un soupir. Qui consiste a s'avachir et se mettre hors d'usage afin de reposer son corps de la fatigue, tout en se détendant parfois au préalable à l'aide de quelques boissons pourquoi pas. Le genre de pratique quotidiennement nécessaire aux mortels, mais j'imagine que les gens de votre espèce n'ont pas de temps à perdre avec ces conneries. Cela dit, je ne vous envie pas.

Son ton avait été tinté d'ironie, une ironie amère, déplaisante. De sa main son verre finit par glisser alors que le silence avait regagné la pièce, s'écrasant au sol dans le tintement aigu de la matière contre le parquet de bois, le brisant à nouveau.

...





▼Et si on parlait du joueur?▼
I heard your voice, as clear as day

Mon pseudo est Raffaele di Duca, j'ai 41 ans. La Célébrité que j'utilise est Ewan McGregor. J'ai connu votre forum via Anna-na et je le trouve absolument absolu. Ce qui m'a donné envie de m’inscrire c'est le contexte, le design, la motivation de ses créateurs. Pour le RP, je fais environ (en fonction du rôle play et son contenu) mots par réponse, je compte passer RP une fois par décennie (jour). Le mot de la fin? Contravention. Code à retrouver dans le règlement:Code bon - Anna.


Dernière édition par Raffaele Di Duca le Jeu 5 Déc - 12:08, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité



MessageSujet: Re: [Vigie] Raffaele Di Duca.   Jeu 5 Déc - 1:48

Restant : Evènement à rédiger.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité



MessageSujet: Re: [Vigie] Raffaele Di Duca.   Jeu 5 Déc - 8:54

Youpi !! =D

Encore une Vigie ! ^^

Bienvenu, l'ami ! =)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Anna-Simona Rossi




Messages : 96
Avatar et Crédits : Emilia Clarke - CookieStorm

Age apparent : 26 ans
Métier : Soprano colorature

Feuille de personnage
Signes particuliers: rapide résumé du personnage

MessageSujet: Re: [Vigie] Raffaele Di Duca.   Jeu 5 Déc - 10:38

Anna-na... *Se marre*

Bonne chance pour ta fiche. XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

Invité



MessageSujet: Re: [Vigie] Raffaele Di Duca.   Jeu 5 Déc - 12:09

Merci à vous.

Et pour rester dans la continuité : fiche terminée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jonne Kotipelto




Messages : 61
Avatar et Crédits : Chris Hemsworth by Anna

Age apparent : 28 ans
Date de naissance : 16/05/1985
Métier : Assistant de Conservation

Feuille de personnage
Signes particuliers: rapide résumé du personnage

MessageSujet: Re: [Vigie] Raffaele Di Duca.   Jeu 5 Déc - 14:57

J'aime beaucoup ta fiche Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

Invité



MessageSujet: Re: [Vigie] Raffaele Di Duca.   Jeu 5 Déc - 21:07

Bienvenue à toi! En effet, belle fiche ^^
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le Maire

Manitou Suprême


Messages : 88

Feuille de personnage
Signes particuliers: rapide résumé du personnage

MessageSujet: Re: [Vigie] Raffaele Di Duca.   Jeu 5 Déc - 21:10



Fiche Validée!


Fichée terminée, histoire du jeu intégrée, tout est nickel. Te voilà donc validé! Tu peux donc aller RP, faire ta bio, ouvrir une fiche de liens ou encore aller squater le flood. Bref, Encore une fois, bienvenue parmi nous et bon jeu ♥



Dernière édition par Le Maire le Lun 9 Déc - 11:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://furtiva-ora.forumactif.org
avatar
Invité

Invité



MessageSujet: Re: [Vigie] Raffaele Di Duca.   Jeu 5 Déc - 21:41

*joint l'individu de la mini-vidéo dans sa danse étrange*

Merci à nouveau. Un plaisir pour moi que de m'essayer à ce background et à ce qu'il pourra m'apporter.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [Vigie] Raffaele Di Duca.   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Vigie] Raffaele Di Duca.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Route des Ruines :: Fiches Archivées-