AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 [Intrigue] Partie de chasse à Santa Croce...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Les Disparus




Messages : 3

MessageSujet: [Intrigue] Partie de chasse à Santa Croce...   Dim 26 Jan - 20:14

Il était près de 20h30 ce soir là et Cécilia quittait son lieu de travail, un bar nommé Al Prosecco et situé dans le quartier de Santa Croce, à l’écart des routes empruntées par les touristes. C’était un bar qui proposait des vins et autres produits typiques du pays dans lequel la jeune fille travaillait depuis quelques mois, en parallèle de ses études de lettre. Les propriétaires étaient des personnes très accueillantes et qui étaient satisfaites du travail fournit par l’étudiante. Il fallait dire que cette dernière se donnait du mal pour effectuer ses tâches au mieux, car elle avait absolument besoin du salaire, aussi maigre soit-il, que ce job étudiant lui permettait de toucher. Sa mère était décédée suite à l’épidémie qui avait frappé le monde, les laissant seuls son père, ses trois petits frères et elle. Son père travaillant la plupart du temps de nuit, c’était à elle qu’incombait la plupart des tâches ménagères à la maison et elle également qui s’occupaient de ses trois plus jeunes frères. Fort heureusement, deux d’entre eux – âgés de 15 et 13 ans – étaient aptes à se débrouiller seuls, mais pour le petit dernier de 10 ans, c’était une autre affaire.

Une fois dans la rue, agréablement éclairée par des réverbères, Cécilia sortit son téléphone portable pour appeler chez elle, pour s’assurer que son plus jeune frère avait dîné et avait fait sa toilette. C’était Antonio, 15 ans, qui décrocha avec son éternel ton blasé et qui avait le don d’agacer la jeune fille. Il lui assura que leur petit frère était près à aller se coucher et qu’il n’attendait plus que son retour pour ce faire.

- Je serai là dans un petit quart d’heure. Et s’il te plait, range ton bordel du salon. J’ai pas que ça à faire. J’ai aussi des devoirs et je suis pas couchée, donc ça serait sympa que m’aider un peu.

Cécilia raccrocha avec un petit soupire. Elle était lessivée par le cumul de son boulot, de ses devoirs, de l’université, de la maison à tenir et de l’attention qu’elle devait porter à son dernier petit frère. Ses deux autres frères manquaient grandement de maturité, ce qui la pesait dans la situation actuelle. Ce soir, comme tous les soirs, elle allait arrivée chez elle aux alentours de 20H45, effectuerait quelques nettoyages rapide de la cuisine que ses frères laissaient toujours dans un état déplorable, puis elle attaquerait ses devoirs jusqu’à une ou deux heures du matin. Rien que d’y penser, ça la déprimait.

L’étudiante fait machinalement un pas après l’autre sur le chemin du retour qu’elle connaissait par cœur. Elle quitta une artère assez fréquentée pour emprunter une petite rue déserte et mal éclairée. Elle n’aimait pas passer par là et ne se sentait jamais en sécurité, mais ce lui faisait gagner dix bonnes minutes. Avec son état de fatigue, les dix minutes de sommeil qu’elle pourrait grappiller en plus ne seraient pas du luxe.

Alors qu’elle était en train de s’excuser mentalement au près de sa mère décédée de cette prise de risque, elle sentit une poigne ferme s’abattre sur son épaule gauche et qui la fit violemment sursauter. Elle fut trop surprise pour laisser échapper un cri de surprise, mais une main se plaquant sur sa bouche ne lui en aurait pas laissé la possibilité. On cœur battant à cent à l’heure, Cécilia mit un certain temps avant de comprendre ce qui lui arrivait. Son agresseur, qu’elle n’arrivait pas à distinguer à cause de la pénombre, la plaqua contre un mur tout proche, ce qui eut pour effet de la sonner légèrement.

- Sois sage, ma jolie…, susurra à son oreille une voix d’homme.

Sentant qu’elle venait de retrouver ses facultés vocales, Cécilia commença à tenter de se débattre et de crier. L’homme claqua de la langue comme agacé et plaqua plus fortement sa victime contre le mur, avant de planter ses crocs au niveau de sa carotide. Quelques instants plus tard, il laissa le corps inerte de la jeune fille retomber comme une poupée de chiffon. Il resta un moment à contempler son œuvre, interdit, avant de quitter les lieux en courant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

[Intrigue] Partie de chasse à Santa Croce...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Route des Ruines :: Mémoires Venitiennes :: RP abandonnés-